Groupes & Resort

Guides & Labels

Les + recherchés


Le SIT se positionne dans les IRS et l’hôtellerie de luxe

Une nouvelle orientation et des créneaux porteurs pour faire fructifier ses investissements. C’est ce que prévoit le SIT pour ses 55 000 actionnaires.

Le fonds d’investissement Sugar Investment Trust (SIT) est en quête de créneaux porteurs, ses investissements actuels n’étant guère suffisants pour assurer sa pérennité. Il se positionne ainsi sur l’hôtellerie de luxe, l’immobilier haut de gamme et les nouveaux clusters sucre, voulant créer de nouvelles richesses pour ses 55 000 actionnaires.

Un parc marin avec un hôtel à Belle-Mare et un projet Intergrated Resorts Scheme (IRS) à Virginia, dans le Sud, figurent dans ses programmes immédiats. L’état-major du SIT était en séminaire la semaine dernière, à Réduit, pour réfléchir sur sa nouvelle orientation.

“Nous avons identifié trois grands axes de développement, à savoir les produits dérivés de la canne, le secteur hospitality haut de gamme et la diversification agricole”, indique Ravin Bholah, chief operating officer (COO) de la compagnie. Le SIT, dont les investissements sont essentiellement dans les sociétés usinières, réalloue son portefeuille de fort belle manière.

Au mois de juillet démarrent les travaux de construction d’un complexe hôtelier et de loisirs marins révolutionnaires à Belle-Mare, sur l’emplacement du waterpark qui sera, lui, transféré à Pailles. Ce projet comprend un parc marin (avec un delphinarium comme pôle d’attraction) et 100 villas de luxe.

Baptisé Coral Cove Resort, ce projet de 68 millions de dollars (environ Rs 2,2 milliards) sera réalisé en partenariat avec le groupe sud-africain 3 Cities Group. SIT détient 65 % de l’actionnariat de Coral Cove Resort, alors que la différence est détenue par le partenaire sud-africain, aussi responsable de la gestion du complexe.

Initiative audacieuse

À l’image des sociétés sucrières qui se diversifient dans l’immobilier de luxe, le SIT aura son IRS. Ses terres sur les falaises de Virginia abriteront, dans quelques années, des villas de luxe et un espace loisirs.

La valeur totale du projet est estimée à 225 millions de dollars (environ Rs 7,3 milliards). Le SIT a fait appel à GDI Consortium, société de développement immobilier, comme partenaire stratégique et financier du projet à hauteur de 49 %.

L’apport du SIT sera limité à son patrimoine foncier. “Nous n’investissons pas une seule roupie dans ce projet”, dit Ravin Bholah. Le SIT prend désormais des initiatives audacieuses. Nous n’attendons plus que le gouvernement vienne nous proposer des projets. Nous sommes en train de prendre des risques calculés afin de pouvoir générer un flux de revenus cohérent et une appréciation du capital.”

Le SIT n’a pas pu faire fructifier ses investissements dans les sociétés usinières, principalement en raison des conditions difficiles prévalant dans le sucre. Ses parts minoritaires dans les centrales thermiques de l’industrie sucrière ne lui génèrent pas suffisamment de recettes pour assurer la viabilité du fonds à terme. Si la fabrication du sucre n’intéresse plus le trust, il compte beaucoup sur les nouvelles filières.

Le SIT compte lancer un SIT Energy Fund, véhicule d’investissement dédié aux nouveaux clusters sucre. “Ce fonds investira en direct dans les centrales thermiques, les raffineries et les distilleries. La production d’énergie est un investissement sûr. Nous souhaitons avoir au moins 25 % du capital des independant power producers (IPP) – NdlR: actuellement à 14 % – pour être un actionnaire significatif. Nous comptons aussi investir dans des IPP en dehors du secteur sucrier”, dit le COO.

Les placements actuels du SIT dans l’énergie seront éventuellement canalisés vers le SIT Energy Fund. Le nouveau fonds procédera à une émission d’actions pour lever les capitaux manquants. “SIT Energy Fund sera coté en Bourse, en vue de mieux valoriser les actions et pour assurer l’appréciation du capital”, assure Ravin Bholah.

Source : www.lexpress.mu