Groupes & Resort

Guides & Labels

Les + recherchés


Le mythique Shelbourne prêt à redémarrer

Il devait rouvrir pour la Ryder Cup en septembre, puis pour Noël. Finalement, les portes du luxueux hôtel Shelbourne s’ouvriront à la fin du mois, après deux ans et 83 millions d’euros de travaux. Retour sur l’histoire d’un grand hôtel, patrimoine de la vie dublinoise.

Depuis plus de 175 ans, le Shelbourne a vu s’écrire l’histoire de Dublin et de l’Irlande entre ses murs. Des riches aux pauvres, des célébrités aux badauds, qui n’a pas un jour pris un dernier verre dans le Horseshoe Bar dont on dit d’ailleurs que s’y rencontraient "les femmes au lourd passé avec les hommes sans futur"?

En 1922, c’est dans les salons du Shelbourne qu’a été signé le projet de Constitution sous l’impulsion de Michael Collins. Conférences de presse, dîners de galas, séminaires, bals, remises de médaille faisaient partie du quotidien de l’hôtel.

Grand besoin d’un coup de neuf

Petit à petit, la splendeur a laissé la place à la poussière. Les chariots ne passaient plus dans les couloirs bancals, seules quelques familles venaient encore prendre le repas de Noël et il fallait attendre des heures avant de se faire servir un café. Il restait bien quelques inconditionnels mais les nouveaux riches se sont rapidement tournés vers le Ice Bar du Four Seasons. Heureusement, cinq investisseurs irlandais ont racheté l’hôtel en 2004 afin de lui redonner sa grandeur et son prestige d’antan.

Le nouveau Shelbourne

L’hôtel a été littéralement reconstruit de l’intérieur, comme neuf pour les 200 prochaines années. Un changement majeur est la restitution du superbe escalier de l’architecte victorien John McCurdy qui avait été défiguré par l’installation d’un ascenseur en 1906. Le visiteur pourra de nouveau admirer la perspective des six étages.

On a également redonné sa splendeur d’origine au Horseshoe Bar d’après le dessin de 1957 de Sam Stephenson. Number 27, autrefois le restaurant, devient un bar richement décoré dans lequel vous pourrez déguster 100 différents vins au verre accompagné de sucettes de homard en apéritif. Restaurant, salons, salles de conférences sans oublier les chambres, tout dans le Shelbourne est neuf. Même le personnel. 300 personnes et un nouveau gérant seront nécessaires au bon fonctionnement de l’hôtel qui espère ainsi retrouver toute son aura.

Source : www.lepetitjournal.com