Groupes & Resort

Guides & Labels

Les + recherchés


A Vevey, l’hôtel du Lac resplendit

Deux ans de travaux et 16 millions d’investissements ont apporté à l’hôtel du Lac construit en 1868, une nouvelle jeunesse.

Sa belle façade se mire dans les eaux du Léman. Majestueux, élégant avec un touche aristocratique, le bâtiment complètement rénové terminant la rue d’Italie rouvre ses portes après deux années de travaux gigantesques. Il se montrera complètement terminé aux autorités et aux invités, ce soir, 18 janvier lors d’une cérémonie d’inauguration.

C’est un véritable petit joyau qu’est devenue cette vénérable bâtisse avec, côté lac un parc et une mini piscine. On y trouve aussi, cadeau du gouvernement polonais en hommage à son poète, une statue du prix Nobel de littérature l’auteur de Quo Vadis, Henryk Sienkiewicz. Réfugié en Suisse durant la première guerre mondiale c’est dans cet hôtel qu’il s’est éteint d’une embolie en 1916. Le jardin est dominé par la terrasse qui, au passage a grandi de 2 mètres et pourra ainsi accueillir davantage de monde l’été.

A l’exception de la splendide salle de bal, (salon viennois) trésor architectural resté tel qu’à l’époque, tout le bâtiment à été transformé. Deux salles à manger offrent à choix, un côté jardin d’hiver avec de grandes baies face au lac, ou plus intime, la salle d’hiver au coin de la cheminée et décorée de papiers peints de personnages et de tentures superposées dans des tons très doux.

De fond en comble

Une enfilade de salons permet aux visiteurs du monde entier de se sentir à la fois chez soi et dépaysé. L’idée de base était de maintenir l’esprit château, avec des pièces très différentes plutôt que de grands espaces froids. On peut donc choisir de s’installer dans le contemporain, dans l’esprit à tendance zen d’une Asie en vogue ou, de jouer les Pachas - toutefois sans odalisques - dans un salon oriental qui, à lui tout seul vaut une visite à l’hôtel du Lac. Ce rez-de-chaussée est complété par quelque 300 m2 modulables de salles de conférences (6) accueillant également des cocktails et fêtes. Enfin, un bureau d’accueil remplace la réception. Les visiteurs sont accueillis sur le perron déjà et font leur «check in» dans la chambre sans être retenu à la réception. Cette formule est d’ailleurs un innovation fort appréciée.

Déco tendance, cuisine terroir

Toute la décoration, par ailleurs très raffinée, a été imaginée par Pierre-Yves Rochon. Ce décorateur a également signé le Georges V à Paris et les Bergues à Genève entre autres. Côté cuisine, le vœux est de mettre en exergue les produits du terroir et de faire découvrir les richesses de Lavaux. «il y a beaucoup de belles et grandes tables dans la région, nous n’entendons par rivaliser en gastronomie, mais nous démarquer avec de magnifiques produits» précise Chritopher Rudolph, directeur général de l’établissement. Aux fourneaux, on retrouve le sympathique Fabrice Taulier, déjà bien connu dans la région puisqu’il travaillait à Montreux.

Chambres, suites et spa

50 chambres dont 9 suites et junior suites dont plus de la moitié sont tournées vers le lac, voilà pour l’hébergement qui est cosy. Un étage entier est non fumeur et 2 chambres sont proposées aux personnes à mobilité réduites tandis que deux autres sont antiallergiques. Les lits ont 2.20m par 2.20 et les oreillers, faits sur mesure pour l’hôtel sont un véritable appel à la bataille... Toutes les pièces ont deux lignes téléphoniques et le Lac est le premier hôtel de Suisse à avoir équipé toutes ses chambres de télévisions à écran plat avec choix par satellite de 600 chaînes! Mais aujourd’hui, aucun hôtel ne pourrait faire sa promotion sans un spa. Celui de l’hôtel du lac, situé près des chambres au 2è étage répond au nom de «Wellness Amaryllis». Dans un espace clair et calme, on y trouve une salle d’entraînement fitness, un hammam, un sauna, des cabines de soins et massages et un ravissant espace détente où l’on peut consommer des tisanes ou s’immerger dans des huiles essentielles.

Un nouveau directeur

Il n’était pas facile de trouver quelqu’un pour remplacer le très charismatique Pierre Ehrensperger, qui fut l’âme du lieu près de 30 ans avant de prendre sa retraite. Le conseil d’administration de la SA est allé cherché un enfant du pays, le jeune Christopher Rudolph. Originaire de la Tour de Peilz et d’Afrique du Sud (il a fait ses études dans les deux pays tantôt en anglais, tantôt en français). Christopher a couru le monde avant de revenir au pays. Diplômé de l’Ecole hôtelière de Lausanne il a fait ses armes dans des établissements de prestige aux Etats-Unis, quatre années en Egypte, puis trois ans au fameux Çirgan Palace à Istanbul. Ce qui lui a tout de même permis de maîtriser six langues. Christopher était au Adlon de Berlin, où descendent les chefs d’Etats lorsqu’on lui a proposé de rentrer au pays. Ravi de s’y poser avec sa famille, il rêve d’organiser des mariages au bord du lac utilisant ainsi la très belle salle viennoise. Et si Christopher est encore peu connu dans la région, c’est peut-être parce que son frère, Thabo Sefolosha lui a piqué le vedette. En effet, depuis le 28 juin dernier, Thabo est devenu le premier basketteur suisse à intégrer la prestigieuse ligue américaine de basket des Chicago Bulls! Qui sait si l’équipe ne sera pas un jour à l’Hôtel du Lac...

Source : www.leregional.ch